Le Krommlec'h sur le site de Ménez Bos

Le Krommlec'h sur le site de Ménez Bos

Implantation d’un cromlech (krommlec’h en breton) sur le site de Ménez boss.

C’est un projet artistique d’envergure régionale, qui pourrait permettre de continuer à valoriser un site qui possède déjà de très beaux atouts.

L’association Krommlec’h est une association régie par la loi 1901, composée de musiciens, sonneurs de couples, artistes , chanteurs et sympathisants, elle compte à ce jour une centaine d’adhérents. Le principe est simple : chaque adhérent cotise à raison de 5€ par mois ; la moitié des recettes est dédiée au financement des statues ; ce processus rend le projet pérenne et intemporel. L’augmentation constante du nombre d’adhérents accélère et facilite le financement des statues actuelles et à venir. L’association organise tous les ans un grand Fest Noz .

Le projet du Krommlec’h est d’élever une spirale de pierres hautes sculptées d’environ 3 mètres de hauteur chacune, disposées dans une aire elliptique de 17 mètres sur 25 mètres. Chacune des statues représentera un personnage disparu qui a marqué l’histoire culturelle de la Bretagne. Les sculptures sont taillées dans différents granites bretons par des artistes de renom.

L’idée de la mise en place d’un krommlec’h leur est venue en 2002 à l’occasion du Printemps de Chateauneuf, un petit festival de musique traditionnelle bretonne qui a lieu régulièrement le dimanche de Pâques, et qui regroupe chanteurs, sonneurs et danseurs. Il fallait imaginer un fond de scène pour les concerts du festival. Le centre de la spirale du Krommlec’h forme une enceinte, une plateforme centrale stabilisée qui pourra accueillir différentes manifestations.

Ce krommlec’h sur une parcelle en bas du site de Ménez boss, le long du chemin de randonnée revenant sur le parking du bas.

La première statue est celle d’Angela Duval (1905-1981), fille unique d'une famille de cultivateurs, célibataire, qui a repris ,seule ,la ferme de ses parents. C'était une paysanne pauvre et simple qui écrit ses poèmes en breton après sa rude journée de travail aux champs sur un cahier d'écolière dans sa petite maison de la commune du Vieux-Marché dans les Côtes d’Armor.

La 2ème statue, qui a été réalisée par l’artiste sculpteur Bruno Panas, représente Per Guillou, le célèbre sonneur carhaisien (1933-1978), cette statue est double : d’un côté Per Guillou tient une bombarde, de l’autre un biniou , aux pieds de ce célèbre sonneur sont entassés les souliers et sabots des danseurs.

la troisième statue, également sculptée par Bruno Panas, représente Jude Le Paboul . Originaire de Baud, Jude le Paboul a été l’un des grands “passeurs de mémoire”. Il a transcrit de façon manuscrite plus de 300 airs et chansons bretonnes, transmis oralement depuis des générations. Doté d’une excellente mémoire, il contait en breton et en français en faisant participer les spectateurs par le chant, la danse ou la répétition de formules du conte. Pas très grand, un peu rond, il était d’une énergie et d’une mobilité surprenantes. C’était aussi un danseur remarquable. Après la seconde guerre mondiale, il a participé à relancer les cercles celtiques.